Casserole à pression …

Et puis subitement, l’inspiration revient.

Aujourd’hui, en pesant le « pour » et le « contre » de ma petite vie actuelle, je me suis rendue compte des difficultés, des avantages, des inconvénients, des envies que tout cela impliquait.
C’est toujours en parlant, en écrivant, en partageant que j’en apprend plus sur ce que je ressens.
Oui, moi, mes amis, mon cahier d’écriture, mon blog, mon compte instagram… sont une thérapie. J’écris, tout le temps. Mes émotions, mes ressentis, mes joies, mes peines, mes angoisses, mes craintes, mes bonheurs, mes achats, mes partages, ma reconnaissance, mon amour … Bref, j’écris sur tout. Non pas que je ne tienne pas à ma vie privée, loin de là, mais j’ai besoin de partager, avec d’autres phobique/mamans/femmes/parents/papas/bloggeuses (bref, d’autres gens qui vivent les mêmes choses que moi), pour me rassurer, pour m’affirmer, pour apprendre à avoir confiance en moi.
Le regard des autres m’importe peu, je me fou de ce que pensent les gens de ma tenue, de la tenue de ma fille, de mon boulot ou même de la manière dont je gère ma vie en règle générale.
Mais je partage toujours avec plaisir, et lorsque j’ai besoin de conseil, je les demande.
Et bien souvent, et bien ça va mieux après.

Bah quoi, chacun sa méthode, non ?

bah-quoi
Aujourd’hui, je me suis rendue compte qu’en tant que maman, indépendante, maniaque du contrôle, phobique du vomi (no comment), femme, copine, compagne (bref, en tant que moi), je me mettais une pression inimaginable, inutile et oppressante. Et ce, encore plus depuis que je suis maman.
Depuis (presque) toujours, je me mets des objectifs, que je n’arrive pour la plupart, pas à tenir…
« Perds 25kg » (je les ai jamais perdus…) *dit-elle en mangeant du Nutella à la cuiller
« Fais tes machines tous les samedi et dimanche ! » *dit-elle lundi matin en enclenchant une première machine de la semaine précédente
« Marche 10min par jour, c’est pas grand chose ! » *dit-elle affalée dans son divan
« Range ta vaisselle directement après avoir cuisiné » *dit-elle en faisant tourner un lave-vaisselle 2 jours après avoir entasser le tout partout dans la cuisine
BREF. Tu m’as compris. Des tas d’objectifs, tous anodins, mais qui finalement mettent une pression quotidienne.
Mon boulot veut cela, je me lève à 5h le matin, je rentre à 18h45 (quand je fais des journées complètes… Quand je peux me lever plus tard je me laisse réveiller par la Pucette, mais je dors quoi. Dès que j’ai du temps je dors).
C’est vrai que je cours beaucoup après le temps. Je ne sais pas me tenir à une organisation, car une fois maman (toi-même tu sais) , c’est un peu compliqué de mettre un « métro boulot dodo » . Un jour Pucette va être un ange et j’aurai le temps de tout faire calmement, elle pas loin qui joue tranquillou, un jour elle va être en mode méga-relou et j’arriverai pas à faire un pas sans qu’elle chiale. Un jour je vais être crevée à ne pas savoir cuisiner, un jour j’aurai de l’énergie à revendre mais pas de temps …
Bref, les jours (et surtout les nuits) se suivent mais ne se ressemblent pas !

maman-debordee-astuce-gagner-du-temps.png

Et donc, arrive un moment, au bord du gouffre, de l’épuisement, du burn-out parental comme ils aiment bien dire, où tu dois brain-stormer.
Gne ? Wtf ? Elle parle de quoi là la maman juste mal organisée ?

Bah il arrive un moment où tu dois juste mettre tout sur papier, et faire des choix, un tri, te préparer au changement.
Comme je l’ai dit dans l’article précédent, ici, le changement arrive. En avril, changement d’horaire, changement dans l’organisation « ménagère » , changement de crèche …

Maintenant, il est beau de le planifier, encore faut-il le vivre, et voir ce qui en résulte.
Si ça se met, cette organisation ne me correspondra pas, si ça se met, ce mode de vie ne me conviendra pas.
Mais seul le moment même me le dira. Il faut un temps d’adaptation à tout. Il faut que je m’adapte, mais aussi que la Pucette et l’homme s’adaptent. Mais pas seulement. Ma maman, qui travaille avec moi, doit adopter ce mode de vie, et malgré tout, l’organisation doit être correctement rôdée.

Mais j’ai décidé d’en finir avec mon stress, ma pression… et j’ai décidé de vivre pour moi, aussi. J’ai décidé de ne plus vivre uniquement pour que mon entourage soit confortable, j’ai décidé de profiter des instants « sans rien faire » quand il y en aura, et de me faire plaisir. Peut-être alors tout viendra-t-il de lui même ? Peut-être que ça sera naturellement que je rangerai derrière moi, que je ferai attention à ma ligne, que je trouverai un mode de vie adapté ?
Car à force de courir après le temps, dès que j’en ai, j’ai envie de le passer avec la Pucette, ou à dormir. Je veux pouvoir avoir le temps de faire les choses , et de les faire bien.
Nous verrons, donc.
Mais il va falloir que j’apprenne à lacher du lest, à vivre avec moins de pression, et à m’autoriser de « ne rien faire » quelques fois, aussi.

pression

 

Voilà. Du brain storming, du vrai, du pur, du vif.
Et toi dis-moi ? Tu te mets aussi cette pression permanente au point de ne plus avoir l’impression de profiter ? Tu as des trucs pour lacher prise ? Comment tu t’y prend ?
Est-ce que je suis la seule à ne pas savoir m’organiser ? A me stresser sans cesse ?

N’hésite pas, chaque expérience est bonne à prendre pour moi ! Chaque conseil est précieux, et le fait de ne pas me sentir seule m’aide énormément 🙂

Des bisous

 

Mo’

Publicités

3 commentaires

  1. C’est difficile l’organisation. Perso je suis à mi temps actuellement et je profite des journées off où je n’ai pas mes filles pour anticiper et organiser pas mal de choses car comme tu le dis, quand tu t’occupes de ta (tes) fille(s), tu arrives pas vraiment à faire ce que tu veux faire. Je me sens bien quand j’ai pu anticiper et faire les choses. Après je me fais une liste dans ma tête et ne réalise jamais tout, je reporte le moins urgent assez facilement (faire les comptes par ex) et je ne fais jamais le ménage (mission du Barbu le WE). Je tiens très mal le manque de sommeil donc je mets assez haut dans ma liste prioritaire la pause lecture / sieste. Ca m’aide vraiment à tenir.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci de ton témoignage ! Je t’avoue que moi aussi, je ne supporte pas bien le manque de sommeil, mais j’ai tenu à mordre sur ma chique … trop longtemps. Mon corps me dit m****, et je sais qu’il va falloir changer la donne. Le ménage, pour ça j’ai droit à une aide ménagère (puisque je suis indépendante sans congé parental, ils compensent comme ça en Belgique -> logique HUM ) . Pour le reste, je fais encore 50h semaine actuellement, et je ne peux plus continuer, si je veux pouvoir avoir une vie moins … stressante dirais-je :p
      Merci beaucoup en tout cas, j’aime avoir l’expérience des autres, ça m’aide à relativiser, m’organiser et aussi à faire le point avec mes méthodes à moi 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s